Product SiteDocumentation Site

9.4. Interfaces d'administration

Recourir à une interface graphique d'administration est intéressant dans différentes circonstances. Un administrateur ne connaît pas nécessairement tous les détails de configuration de tous ses services et n'a pas forcément le temps de se documenter à leur sujet. Une interface graphique d'administration accélérera donc le déploiement d'un nouveau service. Par ailleurs, elle pourra simplifier la mise en place des réglages des services les plus pénibles à configurer.
Une telle interface n'est qu'une aide, pas une fin en soi. Dans tous les cas, l'administrateur devra maîtriser son comportement pour comprendre et contourner tout problème éventuel.
Aucune interface n'étant parfaite, on est par ailleurs tenté de recourir à plusieurs solutions. C'est à éviter dans la mesure du possible, car les différents outils sont parfois incompatibles de par leurs hypothèses de travail. Même si tous visent une grande souplesse et tentent d'adopter comme unique référence le fichier de configuration, ils ne sont pas toujours capables d'intégrer des modifications externes.

9.4.1. Administrer sur interface web : webmin

C'est sans doute l'une des interfaces d'administration les plus abouties. Il s'agit d'un système modulaire fonctionnant dans un navigateur web, couvrant une vaste palette de domaines et d'outils. Par ailleurs, il est internationalisé et relativement bien traduit en français.
Webmin dashboard

Figure 9.5. Webmin dashboard

Sadly, webmin is no longer part of Debian. Its Debian maintainer — Jaldhar H. Vyas — removed the packages he created because he no longer had the time required to maintain them at an acceptable quality level. Nobody has officially taken over, so Buster does not have the webmin package.
Il existe toutefois un paquet non officiel, distribué sur le site webmin.com. Contrairement aux paquets initialement présents dans Debian, ce dernier est monolithique : tous les modules de configuration sont installés et activés par défaut même si le service correspondant n'est pas installé sur la machine.
Webmin s'emploie par le biais d'une interface web mais il ne nécessite pas pour autant d'avoir Apache installé : en effet, ce logiciel dispose d'un mini-serveur web dédié. Ce dernier écoute par défaut sur le port 10 000 et accepte les connexions HTTP sécurisées.
Les modules intégrés couvrent une large palette de services, citons notamment :
  • tous les services de base : créer des utilisateurs et des groupes, gérer les fichiers crontab, les scripts d'initialisation, consulter les logs, etc.
  • bind : configuration du serveur DNS (service de noms) ;
  • postfix : configuration du serveur SMTP (courrier électronique) ;
  • inetd : configuration du super-serveur inetd ;
  • quota : gestion des quotas utilisateur ;
  • dhcpd : configuration du serveur DHCP ;
  • proftpd : configuration du serveur FTP ;
  • samba : configuration du serveur de fichiers Samba ;
  • software : installation ou suppression de logiciels à partir des paquets Debian et mise à jour du système.
L'interface d'administration est accessible depuis un navigateur web à l'adresse https://localhost:10000. Attention ! tous les modules ne sont pas directement exploitables ; il faut parfois les configurer en précisant les emplacements du fichier de configuration concerné et de quelques exécutables. Souvent, le système vous y invite poliment lorsqu'il n'arrive pas à faire fonctionner le module demandé.

9.4.2. Configuration des paquets : debconf

De nombreux paquets s'autoconfigurent après avoir demandé quelques éléments durant l'installation, questions posées à travers l'outil Debconf. On peut reconfigurer ces paquets en exécutant dpkg-reconfigure paquet.
Dans la plupart des cas, ces réglages sont très simples : seules quelques variables importantes du fichier de configuration sont modifiées. Ces variables sont parfois regroupées entre deux lignes « démarcatrices » de sorte qu'une reconfiguration du paquet limite sa portée sur la zone qu'elles délimitent. Dans d'autres cas, une reconfiguration ne changera rien si le script détecte une modification manuelle du fichier de configuration, l'objectif étant bien évidemment de préserver ces interventions humaines (le script se considère alors incapable d'assurer que ses propres modifications ne perturberont pas l'existant).